AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un peu de philo II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nayanka
AdMiN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : paris
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Un peu de philo II   Sam 30 Sep 2006 - 13:37

j'aime bien celui-ci aussi

Toute action, tout bonheur exige l'oubli, de Nietzsche

Pour le plus petit comme pour le plus grand bonheur, il y a toujours une chose qui le crée : le pouvoir d'oublier, ou, pour m'exprimer en savant, la faculté de sentir, pendant que dure le bonheur, d'une façon non-historique. Celui qui ne sait pas se reposer sur le seuil du moment pour oublier tout le passé, celui qui ne se dresse point, comme un génie de victoire, sans vertige et sans crainte, ne saura jamais ce que c'est que le bonheur, et, ce qui est pire encore, il ne fera jamais rien qui puisse rendre heureux les autres. Imaginez l'exemple extrême : un homme qui ne posséderait pas du tout la faculté d'oublier, qui serait condamné à voir en toutes choses le devenir. Un tel homme ne croirait plus à sa propre essence, ne croirait plus en lui-même; tout s'écoulerait pour lui en points mouvants pour se perdre dans cette mer du devenir; en véritable élève d'Héraclite il finirait par ne plus oser lever un doigt. Toute action exige l'oubli, comme tout organisme a besoin, non seulement de lumière, mais encore d'obscurité. Un homme qui voudrait sentir d'une façon tout à fait historique ressemblerait à celui qui serait forcé de se priver de sommeil, ou bien à l'animal qui devrait continuer à vivre en ne faisant que ruminer, et ruminer toujours à nouveau. Donc il est impossible de vivre sans se souvenir, de vivre même heureux, à l'exemple de la bête, mais il est absolument impossible de vivre sans oublier. Ou bien, pour m'expliquer sur ce sujet d'une façon plus simple encore, il y a un degré d'insomnie, de rumination, de sens historique qui nuit à l'être vivant et finit par l'anéantir, qu'il s'agisse d'un homme, d'un peuple ou d'une civilisation.

Considérations inactuelles, II (1874), § 1

la suite

je veux dire cette force qui permet de se développer hors de soi-même, d'une façon qui vous est propre, de transformer et d'incorporer les choses du passé, de guérir et de cicatriser les blessures, de remplacer ce qui est perdu, de refaire par soi-même des formes brisées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un peu de philo II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un peu de philo ?
» Sujet de philo
» Le problème de la représentation (Philo)
» Sujet de Philo :
» Bac Philo 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BOULEVARD DES iDéES - OUVERT à TOUS :: AVENUE DES PUBS :: PUB PHiLO-
Sauter vers: